Musique Photo de deux des membres de Fabulous Sheep aux 39ème Trans Musicales de Rennes pendant leur concert

Published on janvier 4th, 2018 | by Thibaut Octave

0

Bilan de 3 jours aux 39 ème Trans Musicales et Bars En Trans de Rennes

Cette 39ème édition des Trans Musicales de Rennes étaient ma première et elle était folle ! Mon bilan est ici !

Tout d’abord c’est un festival génial juste par sa programmation. Le travail réalisé par l’équipe est tout simplement démentiel. Plus de 90 groupes venus du monde entier ont joué du 6 au 10 décembre dans plusieurs salles de la ville devant un public conquis. Rennes est une ville en plein renouvellement depuis quelques années et les Trans en profitent évidemment.

Pour toutes les photos du festival venez voir mes galeries :

Photo d'une des pancartes des Gérards pendant leur performance aux Bars En Trans 2017 à la piscine Saint-Georges de Rennes

J’y suis allé du jeudi au samedi soir et ai pu profiter de concerts de qualité et d’une gentillesse absolue de la part des organisateurs et personnels du festival. Si vous trouvez un personnel de sécurité plus sympa, faites-moi signe. Tout le monde était adorable.

Maintenant parlons musique et festival !

Jour 1 :

À mon arrivée le premier jour j’ai jeté ma valise à l’hôtel et suis aller profiter des concerts du jour dans quelques unes des salles mythiques de la ville. La première claque que j’ai prise était à L’Étage du Liberté avec les excellents Fabulous Sheep qui dégageaient une énergie rock contagieuse. Ces mecs de Béziers ont envoyé plus que beaucoup de grands groupes que j’ai pu voir ces dernières années à Paris ou dans d’autres festivals. Ça c’est du rock’n roll !

Ce premier concert était idéal pour me mettre en jambe pour les démentiels Bottlesmoker à l’Ubu, un duo indonésien de Bandqui s’adonne à l’électro-pop et parvient à faire danser la petite salle rennaise. On est collé les uns aux autres dans une sorte de subjugation euphorique. Ces deux gars sont impressionnants !

Photo d'un des membres de Columbine aux 39ème Trans Musicales de Rennes pendant leur concert

Le concert terminé, je file prendre la navette qui me déposera au Parc Expo. On peut dire que c’est super bien organisé car on l’attend rarement et ce n’est pas cher. En 15 minutes on est au Parc. Un autre gros point positif des Trans : la sécurité. On est fouillé à plusieurs reprises afin qu’aucun incident n’arrive. C’est rassurant et pas si long que ça. En plus les vigiles des Trans sont vraiment tous super sympas, ce qui ajoute à la bonne ambiance du festival.

Quand on arrive on est tout de suite dans le Hall 5 : celui dans lequel on trouver à manger. Un croque-monsieur (avec de l’ananas… Je ne sais pas pourquoi) avalé et je file voir l’excellente Tanika Charles et Columbine. Tanika et ses musiciens font une musique qui groove et donne le sourire. C’est une grosse dose de bonne humeur entre nu soul et la Motown.

On en prend plein la tête avec le show minimaliste mais plein d‘énergie des rennais de Columbine (nom inspiré du film de Gus Van Sant). Si leur musique ne me touche en rien (dommage que cete saloperie de vocoder soit encore présent), la joie du public est communicative. Les concerts de rap sont généralement ceux où il y a la meilleure ambiance et ça ne rate pas.

Jour 2 :

Photo du beatboxer Saro aux 39ème Trans Musicales de Rennes

 

Pour continuer les festivités des Trans Musicales. Je commence par aller au Liberté voir les Bordelais de Tample qui délivrent un rock tout en vivacité. Les mélodies sont au rendez-vous et font danser le public comme jamais. C’est exactement ce dont j’avais envie et surtout ça me met en jambe pour les très attendus One Sentence Supervisor qui jouent au mythique Ubu.

Aujourd’hui c’est la Suisse qui est à l’honneur lors de ce focus et on peut dire que ces mecs savent ce qu’ils font. Les One Sentence Supervisor font vibrer la salle au son de leurs guitares tantôt énervées, tantôt lancinantes. Les 4 musiciens donnent tout sur scène. On se balade dans une pop tintée d’électro qui fait voyager. Intemporel.

Ils ont préparé une voie royale à Pandour qui clôturera le focus d’une main de maître avec une transe electro-blues qui ne laisserait pas de marbre le célèbre Nicolas Jaar. Mais dans ce focus ce sont les One Sentence Supervisor qui remporte pour moi tous les éloges. J’ai hâte de les voir rejouer !

Direction le Parc Expo pour remplir mes oreilles des excellents groupes de la soirée. Je vais passer pas mal de temps backstage à shooter les groupes et l’ambiance du festival. Ça a commencé avec Altin Gun un sextuor venu des Pays-Bas et de Turquie qui m’a complètement surpris avec son rock psychédélique. On a l’impression d’être projeté dans les 70’s  et c’est dingue !

J’ai pu voir aussi les Anglais de Bad Sounds que j’attendais avec impatience. Leur funk pop fonctionne à merveille ; tout aussi bien que leurs morceaux taillés pour mettre une bonne ambiance dans une foule. On danse, on sourit et on prend sa dose de grosse good vibes.

J’ai pu voir rapidement quelques goupes comme les saisissants House Gospel Choir qui m’ont encor eplus fait aimer le Gospel. Mené par la soprano SheZar ce coeur mixte revisite les classiques de la house des 90’s et 2000.

J’ai pu voir aussi la phénoménale DJ Ylia tout droit venue d’Espagne. Elle a su conquérir le public avec ses beats house et techno dans lesquels on sent ses influences jazz. Ylia invite au voyage et fait faire des bonds aux gens devant ses platines.

La soirée s’est conclue avec l’époustouflant Saro, le champion du monde de beatboxing. C’est très difficile de restranscrire ce que l’on ressent face à un mostre de technique dans le genre de Saro. On est impressionné (évidemment), secoué, et séduit par la dextérité avec laquelle il manie une électro ultra ludiques et des basses qui viennent de très loin dans la cage thoracique. On vibre et on danse. Giga claque !

Jour 3 :

Photo de la foule dans la piscine Saint-Georges à Rennes pendant la performance des Gérards pendant les Bars En Trans 2017

Ce jour-là j’ai décidé de commencer les Trans Musicales par les Bars En Trans, le festival qui se passe en parallèle et qui réunit pas mal de très bons groupes eux aussi pour la plupart inconnus. C’est l’occasion d’aller voir le collectif individuel Les Gérards qui ont pris d’assault la piscine Saint-Georges pour y faire la fête toute l’après-midi.

Plein de gens sont dans l’eau, quand d’autres, curieux, les observent des balcons. Deux DJs des Gérards passent de la musique, certains font des animations et d’autres encore pêchent tranquillement près du plongeoir. L’ambiance est festive et le lieu superbe. Les mosaïques d’Odorico sont sublimes et donnent un style encore plus fantasque à la fête. On danse, on boit la tasse, on rit et tout ça au son des Gérards.

Julien Granel – Teaser Live 2017 from WSPECTACLE on Vimeo.

Plus tard j’ai pu voir l’excellent Julien Granel à la Chapelle du Conservatoire. Entre pop et électro, le Bordelais s’en sort bien et transporte le public dans son univers. La chapelle est pleine et l’audience enthousiaste. Ça fait plaisir à voir !

Ma grosse surprise des Bars En Trans va être Saavan que je découvre au Gatsby. Ça va être un des concerts qui m’aura le plus plu. L’indie électro du duo parisien porte une énergie communicative. On danse facilement sur les rythmes et on se prend d’amour pour les mélodies bien trouvées. C’est chouette et ça fait du bien de voir que la scène française est vraiment de qualité. Saavan réussit parfaitement le mix entre douceur et énergie. J’ai hâte d’entendre la suite.

Un petit tour de navette et je suis de retour au Parc Expo pour les Trans Musicales. Ce soir je passe un peu de temps à me balader dans les halls et à regarder les gens. Ce festival en manteau respire la bonne humeur et la chaleur humaine. L’organisation et la programmation contribuent forcément à cette ambiance bonne enfant, mais c’est aussi dû au public de tous âges qui se presse aux concerts. Tous les styles sont représentés et à chaque fois tout le monde est présent et sourit. Ça fait du bien. Ça nous rappelle que c’est pour ça qu’on aime venir aux concerts et en festival.

Ce soir-là j’ai vu quelques groupes, mais le seul qui retient vraiment mon attention et m’a fait prendre un grand pied c’est Washed Out ; ce groupe des USA fait de la chillwave / électro-pop depuis bientôt 10 ans et transporte littéralement les foules dans son univers. Sur scène 3 hommes devant des machines et un écran qui balance des images psychés. On ne voit pas leurs visages, on entend juste la musique. C’est doux, sensuel, rêveur. Ça prend aux tripes et au cœur et ça fait du bien.

Photo d'un des membres de House Gospel Choir aux 39ème Trans Musicales de Rennes pendant leur concert

En conclusion j’ai pris une énorme claque pendant ces quelques jours. J’ai découvert des groupes dingues, un festival pointu et chaleureux, et ai pris une sacrée dose de bonne humeur. Merci les Trans ! I’ll be back 🙂

Crédits photos © Thibaut_Octave

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,


About the Author

Le beau ce sont les marques. La bête, c'est moi. 30 ans. Je travaille dans la comm' digitale. J'aime la bonne musique, le luxe, les cigares et les jolies montres. J'ai été cadreur/monteur dans une autre vie. Les belles images et les jolies histoires sont ma passion.



Back to Top ↑
  • Catégories

  • Contact

    Vous pouvez me contacter à cette adresse : contact@lebeauetlabete.fr